Jacques Renaud

Vice-président chargé de l’Aménagement de l’espace, du SCOT et du Numérique
Maire de Châtenay-en-France

“Pour présenter nos convictions et le sens de l’action que nous souhaitons mener, nous ne pouvons mieux faire que de livrer à votre réflexion le magnifique article fondateur du Code de l’Urbanisme :

« Le territoire français est le patrimoine commun de la nation. Les collectivités publiques en sont les gestionnaires et les garantes dans le cadre de leurs compétences. En vue de la réalisation des objectifs :

  • d’équilibre [entre des exigences contradictoires]…
  • de qualité urbaine, architecturale et paysagère de diversité des fonctions urbaines et rurales…
  • de sécurité et salubrité publiques de prévention des risques…
  • de protection des milieux naturels et des paysages…
  • de lutte contre le changement climatique… elles harmonisent leurs prévisions et leurs décisions d’utilisation de l’espace dans le respect réciproque de leur autonomie. »

La représentation nationale a donc décidé que la pratique urbaine serait harmonique et subsidiaire. Harmonique, comme en musique, afin que les parties et le tout se répondent pour le bien des sens; subsidiaire afin que les différents échelons de la société se trouvent impliqués dans la réalisation de la forme urbaine qui sortira génétiquement des éléments qui la composent.

« Quiconque a lui-même goûté dans sa plénitude la beauté d’une ville antique en contestera difficilement la puissante emprise qu’exerce le cadre extérieur sur la sensibilité des hommes » remarque à juste titre Camillo Sitte. Ajoutons qu’il y a un rapport entre le lien social et la qualité des lieux, et que le discours muet d’une ville bien faite dit l’urbanité et l’appartenance à une communauté.

Les méthodes d’approche sont connues et supposent un travail exigeant : partir de l’analyse détaillée du bâti et du parcellaire, privilégier l’insertion sans renoncer à la création architecturale, composer les extensions avec ce qui existe déjà, défendre une vision poétique et pas seulement utilitaire de l’espace.

Comme en poésie, comme en musique, il faut du génie et des règles qui s’imposent à nous, pourtant si souvent allergiques aux contraintes. Nous voulons œuvrer pour que ces règles bénéfiques soient comprises et voulues par tous les citoyens qui construisent et vivent une cité harmonieuse. ”

Jacques Renaud – Feuilles de Carnelle #1