Mutualisation et groupement d’achats

La mutualisation, un élément fédérateur du territoire

La réduction des dotations de l’Etat oblige les collectivités à repenser leur gestion et à trouver de nouvelles pistes d’économies.

La mutualisation permet, via l’intercommunalité, à ses communes de bénéficier de services, outils, prestations… qu’elles ne pourraient s’offrir seules ou alors bien difficilement.

Elle vise plusieurs finalités notamment de rationalisation des deniers publics en décloisonnant les besoins et réduisant certains doublons (exemple de la balayeuse qui nettoie plusieurs communes).

Elle permet également de rendre l’action locale sur notre territoire plus performante en soutenant des services publics que certaines communes, trop petites, ne peuvent plus financer.

A l’échelle des dix-neuf communes de la CCCPF, la mutualisation est également facteur de cohésion et de solidarité entre Communes disposant de moyens très disparates.


Le mot de Sylvain Saragosa,
Vice-Président en charge de la Mutualisation et Maire de Chaumontel

En quoi consiste cette mutualisation ?
“Depuis 2014, bon nombre de projets de mutualisation ont été lancés, permettant des prestations de services en commun et des tarifs négociés :

  • Ressources humaines tout d’abord, avec la mutualisation d’un Directeur Général des Services, de secrétaires de Mairie, d’un responsable technique polyvalent, d’un chargé de communication et d’agents en charge de la comptabilité et des ressources humaines afin de permettre à des communes ne disposant pas, ne pouvant pas financièrement disposer d’un personnel à temps plein et de disposer de compétences dans ce domaine.
  • Création d’un service Instruction des droits des sols qui gère et instruit les dossiers d’urbanisme des communes membres.
  • Procédures de mises en concurrence mutualisées :
    groupement de commande pour l’élaboration du PLU de quatre communes, adhésion au groupement de commandes du CIG pour rationaliser le nombre et le coût de certificats d’authentification pour les solutions de dématérialisation et la télétransmission des actes
    administratifs, restauration collective (environ 153.000 repas annuels), maintenance des réseaux d’éclairage public.
  • Mise en place de Centres de Supervision Urbain pour permettre l’exploitation plus efficace des images de vidéo-protection (10 communes).
  • Analyse des outils et contrats de téléphonie, fourniture d’accès à internet et photocopieur.
  • Prestation de balayage mécanique avec la mise à disposition d’un agent technique qui œuvre dans plusieurs communes, notamment les plus petites.
  • Prestation de salage et de déneigement avec des agriculteurs et groupement d’achat de sel.
  • Plus récemment :
    – Le lancement d’un marché mutualisé de réfection des voiries, dont bénéficieront 15 communes ainsi que la C3PF.
    –  Etude sur la restauration de la mare de Villiers le Sec.

Loin des projecteurs, les acteurs, travaillant parfois dans l’ombre, œuvrent, dans des secteurs transversaux pour permettre le développement de la mutualisation et donc l’harmonie de notre territoire.

C’est pourquoi beaucoup d’autres projets sont en cours de réflexion et d’instruction par les services intercommunaux que je remercie chaleureusement pour leur investissement et leur aide au quotidien.
Cette thématique de la mutualisation est très riche tellement les sujets communs sont diversifiés. La réussite de ces projets n’est possible que par le volontarisme et la participation des communes membres dont je salue l’engagement.”